Les aveux du Professeur Joyeux sur la santé moderne…

l'auteur

Mustapha

Selon le Professeur Joyeux cancérologue, spécialiste de la nutrition, professeur de médecine et chirurgie des hôpitaux en France révèle : « Le stress agit sur tous nos organes, le tube digestif en priorité : l’estomac irrité jusqu’à l’ulcère, le reflux gastro-œsophagien qui brûle jusqu’au cancer, la rectocolite qui pleure le sang au goutte-à-goutte ».

Ce monde dit hyper-développé, orgueilleux et stupide, voit se développer à toute vitesse de plus en plus de maladies de civilisation : diabète, obésité, cancers et maladies auto-immunes, des rhumatismes à l’Alzheimer, sans parler des maladies psychiques qui envahissent les cabinets des psys.

Évidemment, pas un mot de prévention au sommet de l’Etat. Il ne voit pas ce que cela pourrait lui rapporter en termes d’économies ou de réélection. Ses conseils de prévention ne sont que des vœux pieux.

 Priorité aux lobbies pharmaceutiques à la recherche de nouvelles molécules, de vaccins de rêve, pour tenter de sauver ce qu’il reste de la santé en promettant Alzheimer et Parkinson à tous les anciens et l’euthanasie quand vous ne servez plus à rien. 

Priorité aussi aux lobbies des phytosanitaires, pourvoyeurs de pesticides toxiques qui poussent les états et l’Europe à interdire les remèdes naturels et plantes qu’ils ne possèdent ni ne maîtrisent, au détriment de la santé des agriculteurs qui ne sont plus libres d’utiliser les plantes naturelles et sauvages traditionnelles, à bon escient évidemment. 

Priorité aux lobbies de l’agro-alimentaire qui ont détourné et cloné les semences au détriment des paysans et de leur liberté de semer ce qu’ils ont récolté, et nous formatent à consommer leurs produits pour nous “faciliter” la vie, au détriment de notre santé… et de notre porte-monnaie. 

Comme si les comportements propices à une bonne santé n’existaient pas ! 

L’angoisse de l’homme de ce siècle cherche à être réduite, par le fric vite gagné – tous les moyens sont bons –, les addictions aux plaisirs éphémères, sucrés ou sexuels. 

 

Les causes de nos « maladies de civilisation » sont pour la plupart identifiées : des comportements consommateurs à outrance qui, de plus, peuvent se transmettre de génération en génération. L’épigénétique, c’est démontré aujourd’hui, peut actionner la génétique ! 

L’Etat ne sachant pas lui-même où il va, sauf à garder son pouvoir, diffuse cette fumée qui encombre corps et âme. Comment s’en détacher sinon en refusant l’intégration stupide au monde des affaires qui oblige à consommer et déglingue la santé ? 

Des hôpitaux qui rendent malade.

 

 Dans l’euphorie de la Victoire de 1945, nos dirigeants politiques imaginèrent que le combat contre la maladie allait être gagné comme la Guerre. 

ils imaginèrent pouvoir gagner le « combat contre la maladie » en se dotant d’armées de chercheurs, de médecins, d’hôpitaux et d’ambulances, et d’une puissante industrie pharmaceutique. 

Le Président américain Richard Nixon déclara la « Guerre contre le Cancer » (War on Cancer) en 1971. En y mettant les moyens, le cancer aurait disparu en 1976, affirmait-il. 

Vous connaissez la suite de l’histoire : une explosion des cas de cancer, de maladies cardiaques, de diabète, d’arthrose, de maladie d’Alzheimer, de dépression, etc. 

Une vision naïve de la médecine.

 

 Cette pandémie de « maladies de civilisation » n’est pas un hasard. Elle est causée essentiellement par l’alimentation, le mode de vie, et l’environnement modernes

La grande majorité des médecins le reconnaissent aujourd’hui. Ils rompent avec la vision naïve de la médecine qu’on leur avait enseignée en Faculté. 

Avec les années d’expérience, ils redécouvrent l’importance décisive de l’art de vivre sain et de la relation humaine dans leur pratique médicale. 

Mais ce retour au réel ne joue qu’au niveau individuel, pas sur les grandes structures de notre système de santé. 

Petite visite à l’hôpital…

 

 Vous en mesurez les conséquences quand vous entrez dans un hôpital moderne. 

Vous avez parfois l’impression d’être « pris en charge » comme une voiture qui serait ramenée à l’usine. 

Vous passez entre les mains d’une foule de techniciens soit-disons hyper-compétents, qui disposent de moyens matériels colossaux : bâtiments gigantesques, personnels administratifs et d’entretien, machines ultra-sophistiquées dans toutes les pièces… 

En revanche, vous réalisez également que votre histoire personnelle intéresse très peu de monde, à part une infirmière, un bénévole, un autre patient croisé au hasard des couloirs… 

Ce que le système hospitalier attend de vous, c’est de faire la queue en silence, puis de répondre par oui ou par non aux questions qu’on voudra bien vous poser. 

 

Avant-première : Alors que se multiplient les scandales autour des médicaments chimiques, une petite élite de personnes bien informées bénéficie, elles, de traitements naturels auxquels le grand public n’aura pas accès avant des années. 

Rien de mieux que les soins naturels pour éviter les effets secondaires.

Amicalement à vous !

Mustapha

Poster un commentaire,svp

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s